Le développement des systèmes de transport intelligents implique tous les acteurs en général et les collectivités territoriales en particulier. Celles-ci doivent améliorer l’offre de service pour rendre les transports plus attractifs sur leurs territoires et dans leur domaine de compétence afin que les usagers privilégient les transports publics. L’évolution des technologies ne cesse d’ouvrir la palette des possibilités techniques qui sont aussi à la disposition des collectivités.

 

Le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) a publié en novembre 2017 un ouvrage, destiné aux acteurs de la chaîne de déplacement, recueillant une série de recommandations permettant d’améliorer la mobilité des voyageurs déficients cognitifs et handicapés visuels.

 

Pour télécharger la publication, cliquez ici.

Covoiturage, autopartage, vélo, télétravail… Au 1er janvier, les entreprises devront avoir élaboré un plan favorisant des modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle.

 

Rappel : l’article 51 de la loi de transition énergétique pour une croissance verte (TECV) rend obligatoire, au 1er janvier 2018, l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de mobilité pour l’ensemble des entreprises de plus de 100 salariés installées dans un territoire couvert par un plan de déplacement urbain.

Le CGDD publie un document afin que les porteurs de projets mesurent mieux la façon dont une nouvelle infrastructure génère de l’étalement urbain.

 

Pour télécharger  la publication portant sur les préconisations méthodologiques (Evaluation Infrastructure et urbanisation), cliquez ici.

Pour télécharger la lettre de l’O2TM portant sur les impacts de la zone d’influence du TCSP, cliquez ici.

Pour télécharger, la publication portant sur l’évaluation environnementale des Plans de Déplacements Urbains (PDU), cliquez ici.

Les collectivités territoriales doivent rapidement établir une redevance de stationnement comprenant un barème tarifaire de paiement immédiat et un forfait de post-stationnement. Le barème tarifaire pourra être modulé en fonction de la durée du stationnement, de la surface occupée par le véhicule ou de son impact sur la pollution atmosphérique.

 

Pour en savoir plus sur la réforme du stationnement public payant : cliquez ici

Pour en savoir plus sur le stationnement public payant en Martinique : cliquez ici

Pour en savoir plus sur la décentralisation du stationnement payant en voirie : cliquez ici.

 

Rappel : La réforme du stationnement payant prévue à l’article 63 de la loi du 27 janvier 2014 dite loi « Maptam », qui entre en vigueur le 1 er janvier 2018, modifie fondamentalement la gestion, l’organisation et la mise en œuvre du stationnement payant sur voirie.

 

Sous-catégories